• Ce poème a été dit par Sham Rouh (Marc Olivier Bonvalot) sur sa chaine Youtube accessible via 

    https://www.youtube.com/playlist?list=PL5CnNdqz4IvwnhWRqiziUNrKSKI6nLHFz

     

     

    *

     

    Taaroa était Lumière

    Lumière d'Amour

    Lumière qui donne sa vie

    Et tous ses rayons étaient libres comme lui

    et prenaient les formes dont ils rêvaient

    Forme de père ou de mère 

    mais parfois oubliant l'unité qui fertilisait leur différence

    puis se trouvant perdus , aveugles

    ces formes tentaient de remonter à leur source

    afin que toute nouvelle étoile ou planète ait un sens.

     

    Mais dans le vide infini, certains rayons se voyaient Démiurges, Dieux créateurs.

    Construits dans la Lumière de Taaroa ils se proclamaient Taaroa

    ou son messager, ainsi apparut l'homme au milieu des arbres

    L'homme ambitieux que les oiseaux fuient

    L'homme et la femme qui se croient supérieurs à la tourterelle

    et propriétaire de la chair des vaches et des antilopes.

     

    Pour avoir entrainé par la terreur leurs tribus vers les oeuvres de mort et d'illusion

    termites et singes se virent enchainés à leurs instincts

    Les enfants se réveillaient en pleurant, nostalgiques de l'Union à Taaroa

    mais c'était là pour eux un paradis perdu n'existant que dans les rêves

    Ce que les fourmis appelaient Dieu  était un vampire à leur propre image

    et la frustration posséda des populations de bêtes presqu'aveugles

     

    Elles étaient pourtant faites de la Lumière de Taaroa

    mais en décentrant leur conscience elles avaient perdu leur félicité

    Elles étaient dans la religion des formes

    et dédaignaient de faire danser leurs formes hors des regards de leurs semblables

     

    Alors  mème riches  de terre, de technologie

    les âmes souffraient et faisaient souffrir leurs semblables 

    elles étaient en fait des graines d'étoiles 

    mais pour germer elles devaient porter en elle  Paix et Amour de Taaroa

    en dépit des guerres , des mensonges , des pièges

     

    Il ne fallait pas se tromper de règle du jeu

    Même le sens des mots Réel, Amour, Dieu était faussé par les priorités de l'égo

    Les messages venus du Ciel était aussitôt dénaturés par les perceptions des bêtes

    Le bien était partout visible mais avec l'oeil du Mal

    les montagnes verdoyantes restaient sentinelles avec leurs arbres presque tous sages

    mais les puissants dans les termitières ne lisaient plus le langage des vagues et des nuages

     

    J'étais Dominique dans ce désastre , et un rayon me dit un jour

    je suis Justice et lorsque tu entends ma voix

    N'oublie pas que c'est ton mental qui parle.

    Pourtant l'énergie de ton écoute et de la mienne à ton égard

    sont Taaroa

     

    Vois les 27 couleurs du diamant de ton incarnation

    Elles sont là pour déjouer les ombres et accueillir les anges

    Car eux par ces couleurs deviennent audibles 

    tandis que les mauvais esprits ont peur de s'y dissoudre 

    si tu les charges des vertus de Taaroa.

    Le temps de la proclamation du paradis est accessible à chaque être humain

    mais même affiché il est dédaigné par la folie des égos

    Sache gravir l'échelle de Lumière sans te retourner

    car tout être qui souhaitera la gravir trouvera lui même ta trace sur Internet

     

    Tu as cherché, et tu as vu

    que la graine , si elle veut devenir fleur , doit renoncer un temps à sa forme de graine

    et elle ensemencera la Terre avec la logique de son chemin

    Le chemin est libre au départ, mais l'erreur enferme dans des formes

    L'illusion est de croire que la félicité peut être éternelle dans les formes

    Voilà pourquoi les plaintes ne finissent jamais sous le gouvernement des égos

     

    Chaque créature voit le monde selon ses capacités

    ainsi plusieurs univers cohabitent en paix ou en guerre

    parfois visibles, parfois invisibles ou transparents

    et ce n'est pas au manguier de supplier le marchand de mangues

     

    Il y a le malheur organisé dans les armées d'insectes, de singes ou d'esprits

    Et le rayonnement au delà du temps dans le coeur de Lumière de Taaroa

    Il peut tout devenir , oiseau , vague, nuage, soleil

    Pourvu que les créatures s'abandonnent à lui

    et renoncent aux richesses des égos diaboliques et de leurs spéculations

    Le propriétaire d'esclaves est prisonnier de la souffrance du non être

    Il peut sucer le sang de mille créatures , son malheur ne cesse pas durablement

    S'il s'entête dans ses conceptions erronnées, sa vie est mort,

     sa richesse est misère, son plaisir est soif

    Evades toi en sacrifiant la jalousie que tu nourris à son égard

    Brises tes chaìnes et prend le tyran à son propre piège

    le tyran qui était en toi, il est dans ton enfant, dans ta compagne, dans tes amis

    Mais à chacun de transmuter la malédiction de l'égo

    tu ne peux manger à la place d'autrui

    tu ne peux aimer à la place de qui te hais

    deviens étoile et que ton égo trouve sa Liberté

    Dans les billions de têtes de l'Oiseau Taaroa

     


    votre commentaire
  • Le poème tel que dans la version 2 de ''Naìtre à la danse cosmique'' .

    Photographie  prise par Vidyavrata en 1977 où avait été écrite la première version , alors que cette année là Christine s'était jointe à mes animations de la Râs Lila de Sri Khrisna sous ce banyan :

    LA FETE COMMENCE (opus 1014)

     

    Photographie de 1976 , avec D.O.Tron et deux de ses élèves de Jannagah et Chinnapen :

    LA FETE COMMENCE (opus 1014)

    LA FETE COMMENCE (opus 1014)

    LA FETE COMMENCE (opus 1014)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique