• SOUPCONS SUR L'INCARNATION

    opus 1130

    ( version du 2 Août 2015 )

     

    *

     

    Désolé si je me répète .... 

    Oui ces paroles sont publiques

    mais qui les lit  en cette année 2015  ?

    Personne, ou presque personne.

    Surtout si je ne les affiche pas sur un réseau social... 

    Tellement les malentendus sont systématiques 

    dès que je prends la parole ou que je tente de communiquer par écrit.

     

    Donc, si quelqu'un me lit ces temps ci

    c'est un chercheur ayant suivi ma piste sur internet

    et le voilà qui m'observe dans l'atelier de mon mental.

    Je ne l'ai pas invité, mais je n'ai pas voulu me cacher.

    Mes peintures sont joie, je tatoue mon environnement

    je tatoue mes émotions, je perpétue la félicité

    même au sein des épreuves.

     

    Mais quand  j'écris , que ça ne soit pas dans cette direction.

    Que mes mots ne soient pas d'une couleur  mensongère

    sur les épées rouillées et les blessures ....

    Car ce serait nier la véridicité des épreuves 

    ce serait nier les cruxificions chroniques de tant d'êtres humains.

     

    Je ne veux pas m'aveugler, étant moi-même en recherche, 

    je dois sans cesse reinstaller les équations de mes témoignages

    sur l'écran de mon ordinateur, cherchant à les résoudre

    et je tâtonne, je me répète, mon but n'est pas de plaire ...

     

    Au fond avec ces mots je suis seul comme avec ma guitare

    parce qu'elle peut être jouée en sourdine, contrairement à ma flûte

    et dans cette solitude , je pèse mes mots, en dépit de leur relativité

    je les observe et me défie de l'hypnose historique.

    Mes mots ne sont pas seulement des sons.

    Avec les sons et les rythmes, je change de planète, j'accède aux galaxies

    mais avec les mots, puis je nier être empêtré

    dans l'arnaque de la condition humaine,

    pris dans le filet d'une termitière et de ses chaînes ataviques ...

     

    Pour que mon ânme soit libre, il ne suffit pas qu'elle chante

    et contemple la perfection des équilibres,

    il faut aussi  qu'elle porte témoignage

    sur les coups bas des égos incarnés et de leurs patries,

    de leurs cultes, leurs sacrifices anthropophages !

     

    J'ai vécu dans plusieurs contrées , j'ai observé

    comment j'ai été calomnié par des escrocs, 

    ils étaient organisés en propriétaires culturels.

    En résumé , en Inde comme en Afrique

    certains, me prenant pour milliardaire 

    ont prétendu que j'avais trahi des promesses

    que je n'avais pas faites.

     

    Pour me dépouiller ils ont prétendu que je les avais volés

    Je suppose qu'ils s'en sont pris à moi parce que j'avais été serviable et généreux

    car ils rampent devant les insensibles , et sont de véritables exploiteurs eux mêmes.

    Ils m'ont montré comment d'un paradis on fabrique un enfer

    et je me suis échappé, par le miracle de l'ascèse.

     

    Au fil du temps , leurs calomnies  ont paru vérités établies  à leurs enfants.

    Puis j'ai vu aussi ce qui se passait dans ma famille et avec plusieurs compagnes

    C'est comme si dormait  en chaque être humain un instinct totalitaire

    qui ne dépend qu'en apparence de ses croyances religieuses ou politiques.

     

    Il s'agit plutôt de l'égo prédateur, oui , je me répète.

    en dépit de toutes les ostentations cet égo  aveuglé-aveuglant refait surface

    quand vient la spoliation, la trahison, la calomnie.

    en récompense des dons et de la fidélité.

     

    Les croyances et l'unanimisme tribal servent à inverser les culpabilités

    c'est à dire à innocenter les responsables des crimes et des mensonges

    et à condamner leurs victimes.

     

    Du coup, pour éviter les procès mais ne pas capituler

    je me contente de témoigner sporadiquement 

    dans les recoins du net où presque personne n'ira fouiller.

    Mais même exposés sur les murs mes propos

    n'arrêteraient que les regards des surveillants ...

    Oui il y aurait de quoi en faire des thèses , mais ce serait inutile

    car il existe une haine de la vérité même chez beaucoup d' amis et dans la famille

    et donc pour ne pas être accusé de faux témoignage je reste discret,

    je ne tiens pas à être en plus mis au ban de la société.

    Je n'ai aucune illusion sur les instincts latents de la bête humaine

    et j'oeuvre dans l'amour, c'est la seule voie.

     

    Pourtant cela ne doit pas contraindre à  renoncer

    à la véridicité, à ce que j'ai constaté, même si c'est unanimement zappé

    tant la levée des voiles dévaluerait les fortunes usurpées

    et les autorités esclavagistes  et  les adaptateurs sado-masochistes.

     

    Au fond si je suis retourné vivre en Polynésie actuellement

    ce n'est pas que je considére comme étant idéales les moeurs des maohis

    même si  dans leurs chants et danses, ils me paraissent  à l'unisson de mes élans,

    de la joie de mes peintures, quoiqu' avec d'autres connivences....

    Je sais faire la différence entre les identités  affichées et celles de la vie quotidienne.

    Je sais faire aussi la différence  entre  le vomi urbain des modes internationales

    et le folklore qui adoucit les jours alors que l'industrie culturelle les empire.

    Ce qui m'a fait revenir vivre à Moorea, c'est de m'être souvenu

    que pendant les 22 ans où j'y avais précédemment vécu

    il m'avait été possible d'échapper aux rackets chronique d'Asie et d'Afrique

    et aux asphyxies arrogantes de la termitière occidentale...

    En bref , que je m'intègre ou non à leurs églises 

    les maohis m'ont salué en souriant , sans m'assiéger

    ou d'assez loin, sans me faire une guerre radicale et sournoise au vu de mes différences

    et je ne me suis pas senti étranger comme dans tous les autres pays

    que j'ai pourtant aimés , mais leurs mise en scène

    m'ont acculé à la suffocation, et à la démonstration de l'injustice

    et je ne parle pas seulement des lois aveugles cachées derriere les drapeaux des principes

    mais  d'individus que j'ai secourus, qui m'ont rendu le mal pour le bien,

    et qui m'ont trompé quoique souvent inconsciemment

    ce qui me fait dire que le mal est dans l'homo pseudo sapiens comme un vers dans le fruit;

    l'espèce humaine a trop souvent tendance à mettre les lumières de la connaissance

    au service de ses instincts prédateurs

    et c'est cela qui rend la vie encore plus difficiles aux nouveaux nés 

    en dépit des progrés  qui auraient pu les libérer...

    Mais non, la manipulation et l'hypnose restent chroniques.

    Quand la bête inconsciente mord la main qui la nourrit

    où est la solution ? Dans l'éducation ? dans la servitude ?

    Certes il faut trouver la pédagogie sans pour autant

    s'inquiéter que se retournent contre eux

    le mauvais sort des naufrageurs

    eux qui abusent des contrats

    et qui font de la confiance un piège....

    Y a-t-il un remède aux aveuglements têtus ?

    Je dois me défaire de la tunique cannibale 

    qui a été jetée sur mes épaules par des faux témoins,

     par de faux héritiers des civilisations réduites à la grégarité.

     

    Je reviendrai sur ce thème pour le creuser encore.

    J'ai l'impression de ne trouver d'écoute qu'en Dieu

    et seulement des malentendus avec ses croyants o

    u les athées qui ont eux aussi leurs idoles et addictions.

    Et pourtant officiellement tous partagent les mêmes principes éthiques que moi-même.

    Alors qu'est ce qui fait que les coeurs humains soient si ingrats et injustes

    et truquent la véridicité des faits sans s'en apercevoir ?

    Serait ce la condition animale de l'être humain ?

    L'embellissement tantrique de la vie quotidienne ne serait qu'un placébo ?

    Un placebo certes  capable d'ouvrir les yeux sur la beauté du monde ...

    Mais il y aurait une erreur, cette incarnation d'ongles et de dents

    et donc il faut vivre l'illumination perpétuelle de la Conscience Divine

    tout en portant la croix des trafiquants de religions et d'idéologies

    appliqués à la merchandisation mortifère du monde.

     

    Je retourne maintenant dans le refuge de mon corps de Lumière,

     les yeux tournés vers le dedans , le dehors semblant une équation insoluble .

    Il est peut être illusoire , mais davantage illusoire est le chantage de la termitière.

     

    Dominique Oriata TRON

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :