•  

    opus 589 : LA BETE IMMONDE EST EN PANTOUFLES

     

     

    version 1 :

     

    J' avais passé ma vie à allumer des soleils 

    dans les abîmes où j'étais précipité

    par les puissants et les voyous sur toutes les routes

    J'évitais le genre de combat 

    où l'on devient  le vampire soi même

    à l'image de celui qui nous traque, nous mord

    même leurs coups de griffe était infectés

     

    Il arriva un jour  pourtant où je fus désigné

    comme ennemi de la civilisation des héritiers

    et pourtant je savais jouer aussi leurs rôles de théâtre 

    j'avais obtempéré aux exigences de leur commerce

    ils donnaient tellement de garantie les hypocrites

    or leurs lois ne pouvaient récompenser

    que ceux qui en plus  avaient fait preuve

    d'obédience de l'âme à leurs rituels de  secte,

     assemblée inhumaine se prétendant l'humanité

     

    J'appelais au secours , mais le monde  dit sensé

    était trop occupé à allaiter ses fantômes

    mes millions d'amis n'étaient plus que quelques uns

    impuissants ou distraits

     

    Le siècle 21 s'était annoncé par tant de découvertes

    que j'avais cru vraiment que l'être humain pouvait se libérer

    de ses habitudes de prédateur, d'esclavagiste, de simulateur

     

    Or ce fut tout le contraire, il y eut même des inventeurs de nouveaux virus

    et de leurs antidotes, l'humanité  

    devint  encore plus implacablement

    un bras de fer entre exploiteurs et exploités

    et le pire c'est que les exploités

    avaient les mêmes addictions que les exploiteurs

    et c'est ce qui expliquait l'histoire ancienne

    où le mal déferlait sous la bannière 

    de l'idéal qu'on avait cru vainqueur

     

    on a prétendu que c'était l'utopie qui était mortifère

    alors on s'est mis à adorer directement le mal

    et la sorcellerie s'est généralisée

    la beauté des fleurs a été mise sous résidence surveillée

    l'homme apparut même être un danger pour lui même

    les tribuns  usurpaient jusqu'au nom de Dieu , d'Allah

    pour  habiller  leur égo animal d'une conscience sans remords !

     

     

    La bête immonde  est en pantoufle

    elle est chacun de nous là où l'on consent

     à l'infamie qui frappe autrui , où on se tait

    sans avoir pour autant le couteau sous la gorge ...

     

    Chacun , échappé du malheur

    est las d 'avoir à méditer

     l'injustice faite à son frère

    même s'il nous a sauvé, ouvert des portes

    alors il n'y aplus que des profiteurs

    qui affirment comme des docteurs

    que tout est pour le mieux

    dans le meilleur des mondes possibles

     

    On clame que tout karma est mérité

    pour livrer la planète verte aux  zombis.

     

    La bête immonde est en pantoufles

    Celles du banquier et de son courtisan 

    et même celles du militant

    qui n'a le temps que pour revendiquer 

    la proie  qui lui a échappé ...

    Pour tout autre écoute il s'essouffle

    et triomphant devient un tyran

    fauve couvert de la laine de l'agneau

    magicien des mots capitalistes communistes

    et de toute la pharmacopée des religions

    la bête immonde fait illusion

    à soi même pour commencer

     

    Ce n'est qu'acculée au fond de la niche avec des fourches

    qu'elle crie : "pitié , qu'ai je donc fait ?

    Je ne suis qu'innocence malgré mes dents acérées !"

    et cela aussi c'est vrai, sauf

    qu'il n'y a plus personne qui s'en souvient

     

    elle  dit qu'il faut pour honorer son âme

    offrir   le danseur poète philosophe sans patente

    en victime soi disant consentante

    au sacrifice aztèque, on admire

    le manche sculpté des poignards

    Le sort du bouc émissaire fait hausser les épaules

    il fut  décidé par ceux qu'on a nominé sages,

    et  pour eux je deviens dans leur rêve enfumé

    le paien qu'  en guise de bienfait 

    le pseudo saint Augustin  , repenti de Carthage

    glisse  par charité sur la liste des hérétiques 

    qu'il faut sauver par le bûcher !

     

     

    Dans  le naufrage mon frère que ton âme soit légère

    ainsi elle s'envolera au pays de ta bonté 

    ou de ta méchanceté, et Dieu accueillera

    même  ceux qui ne le voyaient pas, s'ils sont vertueux 

     

    Quant aux piliers  d'église et de fausse morale

    au moment de mourir ils doutent  , ayant confondu

    le sanctuaire avec leur hérédité

    la bête immonde en eux a prospéré

    ce qu'ils ont adoré c'est ce qu'on acclamait

    tant ils avaient peur d'être conduits à la potence

    pour de fausses raisons que tous penseraient vraies

    alors qu'il n'étaient même pas menacés !

     

    immense peuple d'indifférents sous hypnose

    et de salopards mielleux ou torrides,  noirs ou blancs

    d'artistes veules presqu'innoffensifs, d'imposteurs  en extase

    à force d'avoir idolâtré leur image

    tous ces gens là clament qu'il n'y a que  la vanité et l'égo

    qui donne à leurs détracteurs la force de parler ..;

     

    la loi des causes et des effets

    n'est pas la superstition qui condamne les blessés

    même si par un mirage narcissique

    le scélérat se croit sur un trône pour l'éternité

    Il n'a cherché  que du  vernis sur le désastre des trahisons intimes

     

    Ce qui détermine le sort objectif de l'âme ,

     ce sont les sermentrs respectés ou trahis

    du moins ceux fait devant la conscience du paradis

    il y a entre noirs et blancs  d'anciennes promesses non tenues

    par exemple aux temps où pour combattre Hitler 

    il fallait se compter, on vint chercher les africains

    on leur promit jusqu'à la citoyenneté

    L'égalité sociale fut gravé dans les textes

    puis le lendemain de la victoire, les espérances furent bradées

    les faux justes politicards noirs ou blanc trouvèrent plus juteux 

    de juste maquiller la servitude en liberté

     

    Le bête immonde est en pantoufle

    et lorsque mon voisin finit par comprendre 

    que pour prouver  l' ADN de son enfant de son sang

    il manquera toujours  le papier qu'il n'a pas 

    et qu'il ne peut gagner que par un proces

    il se sait sauvé, car il est riche ,

     il aura gain de cause  avec son  avocat

    et tant pis pour celui qui n'aura pas de quoi

    celui qui l'a abondamment   renseigné

    sur le sentier au flanc de la falaise ...

     

    Il ne voit même pas qu'au moment de mourir 

     sa fortune sera dévaluée, alors il dit

    qu' il ne peut endosser toute la misère du monde

    il n'a pas vu que le mal qui obtient son consentement

    a avili son âme, il n'a ni Dieu ni maître, sauf l'argent

    son réalisme c'est d'être un méritant au sein de sa caste

    et même de calomnier l'innoncent

    pour terroriser les meurtriers virtuels  de ses angoisses

     

    La bête immonde est en pantoufle

    elle n'a que des prétextes pour se distraire 

    des exigences velléitaires et ostentatoires  de véridicité

     toute  une foule de poètes de l'envergure de Néron

    mettant le feu aux civilisations nouvelles et héritées

    trouve du charme à cette fatalité !

     

    Les médailles sont déjà distribuées

    mais c'est pour l'enfer des zombis ...

    les marionnettes  totalitaires paradent 

    comme de grands clairvoyants

    ils ont fait taire les débats

    en rendant la survie précaire

    au bétail parqué dans les frontières...

     

    Néammoins  les portes du paradis

     resteront fermées aux injustes et aux exploiteurs

    et à ceux qui n'ont combattu que par jalousie

    sans déraciner en eux la graine de prédateur !

    j'avais sauvé ma vie par l'ascèse

    alors les robots de Big brother m'ont traqué 

    comme un âne interdit de brouter

    sauf les déchets pour un gigot vendu aux pauvres

    tant pis s'ils meurent du virus de la vache folle

     

    Les faux intellectuels des fausses démocraties

     justifient leur sadisme par leur fausse science

    ils craignent néammoins  d'avoir les doigts coincés 

    dans les roues du  chariot où ils s'étaient vu triompher

     

     

    les âmes inquiétées se conduisent elles mêmes à l'abattoir

    Elles se vendent aux spéculateurs cupides, aux glorieux morts vivants

    qui va les élever comme le cochon où le boeuf pour leur viande

    les plus opportunistes sont rangés en une haie d'honneur 

    et se rendent précieux en matraquant le possible

     

    Face à l'indifférence têtue des demi bienveillants

    j'ai préféré témoigner  de la tragédie en chantant

    je ne note pas aujourd'hui la musique 

    en effet on m'a dit que c'est en vain si c'est trop long

    et que moi seul serait présent pour la lire

    je chante  seulement pour préserver ma joie

    tiut le monde ai je compris peut en faire autant

    Je danse caché par les murs dressés par les promoteurs

    pour prendre une distance avec le marécage déplaisant 

     

    Non  le proces n'a pas été envisagé pour l'instant

    j'ai été d'avance condamné comme tant d'innocents 

    condamné par pilate, Caîphe, Spartacus et Shaka Zoulou

    Mon père  comme un messager pour me sauver

     m'a dit d'obéir aux cyborgs afin d'éviter

    l'humiliation de n'être rien en société

     

    alors puisqu'on ne prend pas au sérieux le poète

    je me sens invisible d'accuser sans trop de risque

    les hierarchies de ce monde d'imposture cosmique

    Le héros la tortue et l'éléphant

    sont plus innoffensifs que les humains

     

    A l'avance mon pème a donné le mal de tête

    aux philosophes virtuels ostentatoires ou patentés

    aux capitalistes qui disent payer trop d'impôts 

    aux fonctionnaires traîtres es à leurs serments

    aux maîtres chanteurs en tous genre

    petit malfrats et grands saigneurs

    aux faux combattants de la libertés

    ventriloqués par leurs instincts de bête

    ils ont dévalué l'utopie par les actes

     

    La bête immonde est en pantoufle

    elle se donne des airs de dévôt lettré

    et s'il est temps de réclamer justice, ami

    c'est pour sauver notre âme hypnotisée

    par l'illusion de l'incarnation passagère

     

    La bête immonde est en pantoufle

    elle triomphe quand personne n'a le temps 

    d'écouter complètement les témoignages

    lorsqu'il faut un procès  chaque fois

    pour lever les erreurs judiciares

    car dans les faits presque tout le monde se fout

    des injustices subies par son cousin

    et  encore plus par des peuples lointains

    s'ils souffrent dit on c'est qu'ils l'ont cherché !

    et par de si féroces certitudes

    on  se damne un peu plus au jour le jour

    tout en plastronnant comme un bourreau

    pour ne pas se savoir victime

     

    Bien sûr les juges qui ont les yeux ferméscomme les oreilles

    clament  haut et fort de justes principes

    mais si finalement ils n'ont jamais le temps

    le défenseur de l'Evangile devient inquisiteur

    le défenseur du communisme devient inquisiteur

    le défenseur des banques devient inquisiteur

    le défenseur des libertés devient inquisiteur

    le défenseur des droits de l'homme devient inquisiteur

    le défenseurs des yoguis devient inquisiteur

    le défenseur des poètes et des artistes devient inquisiteur

    en dépit de ce qu'il proclame pour toucher son écot, son écho

    il lui faut des coupables  dans la mise en scène 

    des combats où il veut s'afficher gagnant

    et les coupables ne sont jamais les puissants

    saufs s'ils le menacent directement

    sinon pour vendre des canons ils font semblant

     

    Si je me permets d'écrire ces mots 

    qui ne seront pas lus avant longtemps

    ou le seront  par tres peu de gens

    c'est par devoir, car j'ai bien compris

    qu'il est inutile, voire dangereux de témoigner 

    cela ne transmute pas  mon dossier ni celui de Nim

    ni la résidence surveillé des présumés indésirables.

     

    L 'homme qui n'obtempère pas à la gestion des bêtes

    est suspect, ce n'est  qu'une fois mort

    qu'il servira au mal à se déguiser

    en idéal , on le dépouillera de ses mots 

    pour perpétuer la confusion

    et capter la confiance des écoliers

    les ministères hériteront de leurs royalties

    on recevra les chefs d'état en grande réception

    aux centres culturels blaise Cendrars ou françois Villon

    Plus vite je mourrais , plus vite je deviens utilisable

    en compost intellectuel pour les prétextes des faux sages

    alors que leur importe de bombarder le jardin de nos santés

    j'avais cru le blinder , le camoufler, mais les escrocs sont partout 

    même si les chefs bandits feignent de les poursuivre

     

    je quitterai sans regret la planète des incarnations humaines

    elle ne me semblait pas plus réceptive que celle des fourmis et des termites

    j'ai trouvé l'amour, l'inspiration, j'ai même vécu de mon art

    Jusqu'à dépendre des planificateurs de fausses civilisations

    seulement des monstres satisfaits de leur sort, et de se reproduire

    alors pas étonnant que par mes choix de vie ou d'études 

    je me retrouve de toutes façons étranger

    sauf parmi les arbres et les étoiles

    là j'ai beaucoup d'amis, mais chez les humains, trop de faux freres

    de fausses mères, de faux pères et de faux enfants

     

    Non  je n'ai rien à dire à tous ces gens qui savent tout

    par miracle ma danse et ma musique me propulsent dans un monde  de félicité

    mais ce n'est pas la félicité  que recherche les tribus et leurs gouvernements

    qui m'ont acculé avec leurs flèches et leurs cassetêtes

    c'est juste l'avant goût d'une vie libérée de l'animalité

    cela c'est inutile, pour eux c'est du blabla trop répété

    c'est pourquoi ils se taisent les balayoguis hors castes

    et que le fabuliste catalytique reste discret

    emprisonné par les regards des puissants qui ont réussi à droguer

    jusqu'à la hargne de leurs esclaves contre mes libertés

     

    Alors mon maître céleste Sri agastyar m'a dit de témoigner

    car c'est par là que je  mériterai la porte de sortie

    hors de l'illusion orchestrée par cette humanité inhumaine 

    insincère, fanatique ou corrompue

    où les exploités et les exploiteurs ont les mêmes appétits 

    diaboliques quoiqu'ils se voient comme moraux ou angéliques

    en lapidant les amants innocents avec des pierres ou des décrets

     

    Alors voilà, à moins que je sois victime d'une auto hypnose

    si je témoigne jusqu'au bout de mon souffle  corporel

    de passager de la terre en transit pour le ciel 

    on ne voyait que les ombres sur la paroi de la caverne

    il me semble promis de pouvoir sans douleur

    mourir à ce monde  et renaître astre  au delà des obstacles

    par le mérite d'  un témoignage totalement véridique

    au point d'avoir enfrein  l'allergie et les convenances

    au moins elle sert à me protéger leur indifférence

     

     

    Mon âme doit toujours plus complètement

    se préparer à la Lumiere afin d'en être seulement

    un de ses rayons, quoique   ma danse paraisse solitaire 

    je n'ai rien à gagner à tricher comme les courtisanes

    en fait ce n'est pas moi qui suit vivant, c'est l'âme cosmique

     

    En elle je dois m'effacer tout à fait, bondir du tremplin de son reflet

    Pour les collabos  ventriloqués qui s'entourent de voiles et de rentes

    ma trahison des diables est  insupportable à comprendre, à entendre

     

    c'est ainsi  malgré toutes les chances  issues de la bonté 

    tous les progres du savoir pour la libérer

    tous les sacrifices de ses héros et de ses prophètes

    l'humanité ne croit qu'à ses  démons  pour triompher

    et faire dire à leur faux  Dieu que c'est péché de s'évader du bagne

    J' explique ainsi  l'impasse toujours recommencée  

    de la bien pensance prétendue des professionnels 

    de feux d'artifice polluant et ruineux  .

    C'est le cynisme  qui est réaliste pour le babouin, le renard et l'aigle

    emprisonnés dans  le mirage de l'égo de leur espèce

    ils l'ont voulue cette planète pour s'incarner

    ils n'ont plus que le silence des arbres pour leur enseigner le bien

    La bête immonde est en pantoufle

    et celui qui préfère croire en sa sagesse

    avance bientôt avec les mêmes crocs

    et se réjouit dans les mêmes fêtes infernales.

     

    Le simulacre de la transformation 

    semble suffire à l'être humain 

    pour qui tout est compétition

    idolâtrie, même l'amour,

    la révolte et l'incarnation ...


    votre commentaire
  •  

    version 6 :

     

    opus 333 : LECTURE DES BRAISES

     

    *

    version 4 :

    LECTURE DES BRAISES

     

     

     

     

    La terre tourne sans effort 

    autour du soleil.

     

    Ce n'est pas écrit dans les textes sacrés

    des fourmis ou des termites ...

     

    Chacun  retient ce qui lui plait

    Et celui qui croit témoigner

    est taxé de vaniteux

    car rien n'est une preuve suffisante

    pour les humains hypnotisés ...

     

    Mes bonheurs mes malheurs selon eux

    je les ai inventés

    Je me serais  illusionné

    à la façon d'un mythomane

    Incurable, l'humanité ?

     

     

     

    Alors, Sisyphe laisse tomber

    ta responsabillité sur le rocher idiot

    qu'adore les singes habillés ...

    Laisse le rouler au centre de leurs cultes

    Et toi poursuis ton chemin vers le Ciel

    Tu as fais ce que tu pouvais ...

     

    Mon passage si bref dans cette peau ces os

    m'a instruit sur mes faibles capacités

    à rassasier les assoiffés

    mes remèdes ne leur font aucun effet !

     

    Alors j'ai exploré à pied en avion

    en automobile et en bateau

    l'asile de fous de la planète

    où je suis né

    sans parvenir à m'échapper

    sauf par dedans

    mais les orchestrateurs ont fait prisonnier 

    mon corps

    otage de leurs identités

     

    Ok je porterai vos masques

    afin de me faufiler

    incognito

    hors de vos autels pour martyrs

    ils sont cannibales

    ces bourreaux

    uls m'ont craint

    alors que je les avais oubliés ...

     

    J'ai gravé sur mes disques durs 

    mon témoignage préhistorique

    impossible de résorber le désordre

    il m'a vraiment sauté à la gorge

     

    J'ai jeté  dans le feu le caillou noir du pirate

    avec lequel il pensait m'ensorceler

    Je me réchauffe près de la braise

    Et le ciel bleu tout autour apparait

     

    Je n'ai pas pris la peine de noter 

    comment je chante ce poème

    à quoi bon , sauf si tu me le demandes

    afin de pouvoir le chanter

     

    Je ne sais pas où je sème ...

    sois  tu aimes chanter sans paraître, à ton gré

    soit sur le béton

    rien ne pourra pousser ...

     

    J'ai vécu dans un monde 

    où les cérémonies sacrées

    étaient juste des concours de mode

    de virtuosité à se briser les pieds

    ou d'érudition sans conscience ...

     

    Ainsi il y avait  au spectacle

    tous ceux qui festoyaient

    sans vouloir se prononcer

    sur le sens des traditions et des nouveautés

    Ils applaudissaient seulement au signal

    que maître Panurge leur donnait ...

     

    Et impossible de philosopher

    avec les moutons hypnotisés

    par les puissantes cornes du bélier ...

     

    Mais puisque j'étais embarqué

    sur cette barque juste pour ramer

    sans avoir le droit de choisir

    vers quel continent me diriger

    je me suis contenté de chanter

    l'absurdité  du destin des singes

    avec des notes colorées

    qui ont exploré mon gosier !

     

     

     Et voila mon poème

    enrobé de silence

    A toi mon ami la chance

    ouvre ton coeur au brasier

    où changent  formes et  saveurs

    calcinées !

    *

    version 3 :

     

    opus 335 : LECTURE DES BRAISES

     

     

    *

    version 5 :

     

     

    La terre tourne sans effort 

     

     

     

    autour du soleil

     

     

     

    ce n'est pas écrit dans les textes sacrés

     

     

     

    des fourmis ou des araignées

     

     

     

    alors, Sisyphe laisse tomber

     

     

     

    ta responsabillité sur le rocher idiot

     

     

     

    qu'adore les singes habillés ...

     

     

     

     

     

     

     

    Mon passage si bref dans cette peau ces os

     

     

     

    m'a instruit sur mes faibles capacités

     

     

     

    à rassasier les assoiffés

     

     

     

    mes remèdes ne leur font aucun effet ...

     

     

     

    ils ont faim des poisons ancestraux

     

     

     

    pour devenir eux mêmes grands sorciers ...

     

     

     

     

     

     

     

    Alors j'ai exploré à pied en avion

     

     

     

    en automobile et en bateau

     

     

     

    l'asile de fous de la planète 

     

    où je suis né

     

     

     

    sans parvenir à m'échapper

     

    sauf par dedans ...

     

     

     

     

     

     

     

    Partout il fallait des autorisations pour respirer

     

     

     

    poser son sac ou sa tente

     

     

     

    c'était comme si j'étais étranger

     

     

     

    et en même temps la propriété

     

     

     

    des pantins en uniformes et en cravates

     

     

     

    qui ne pouvaient rien expliquer

     

     

     

     

     

     

     

    Ils obéissaient aux ordres supérieurs 

     

     

     

    de tyrans baptisés libérateurs ...

     

     

     

    Tout le monde a appris à l'école

     

     

     

    que la Grèce est le berceau de la démocratie

     

     

     

    sauf pour les métèques et les esclaves

     

     

     

     

     

     

     

    et que la France est la terre d'asile 

     

     

     

    pour ceux dont sont niés les droits humains 

     

     

     

    sauf les couples franco étrangers

     

     

     

    s'ils ne sont pas assez riches

     

     

     

    Non là on me dit que j'ai inventé

     

     

     

    mes bonheurs comme mes malheurs

     

     

     

    alors comment me débarasser

     

     

     

    de cette naissance dans une peau d'homme

     

     

     

    sans douleur, dans l'amour et  la pureté

     

     

     

     

     

     

     

    Je m'étais libéré par dedans

     

     

     

    mais voilà que nous étions  prisonniers

     

     

     

    comme le boeuf à l'intérieur de la clôture 

     

     

     

    otage de leurs identités

     

     

     

    je n'avais plus rien à brouter

     

     

     

    ils sont cannibales ces bourreaux ...

     

     

     

    et les voyageurs en passant

     

     

     

    près  du puits au fond duquel je criais

     

     

     

    faisant semblant de nous consoler

     

     

     

    prétendant  qu'il était impossible 

     

     

     

    d'avoir été injustement condamné

     

     

     

    par une loi écrite nulle part et nulle part votée

     

     

     

    Bref je calomniais la sainteté

     

     

     

    des privilégiés

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il est vrai que ce fut toujours ainsi

     

     

     

    Tout enfant appartient à sa communauté

     

     

     

    est marionnette pour l'égrégore

     

     

     

    mais jadis les pièges étaient annoncés

     

     

     

    on savait que  l'on serait puni

     

     

     

    dans les directions prohibées

     

     

     

     

     

     

     

    cette fois nous n'étions  pas avertis

     

     

     

    ils nous ont  frappé et raconté

     

     

     

    que nous étions nous même blessés

     

     

     

    Ainsi vont leurs malédictions

     

     

     

    A bas les fausses civilisations !

     

     

     

     

     

     

     

     j'ai cru pouvoir porter leurs masques

     

     

     

    afin de me faufiler incognito

     

     

     

    Hors de leur autel pour martyrs !

     

     

     

    mais leurs déguisements n'ouvraient pas les portes

     

     

     

    ils étaient juste bons à s'enliser

     

     

     

    dans les salles d'attente

     

     

     

    du totalitarisme des cyborgs tout puissants

     

     

     

    les satellites étaient à leurs ordres

     

     

     

    pour nous annoncer comme hérétiques

     

     

     

    il n'y avait plus besoin de procès

     

     

     

    ni même d'accusation

     

     

     

    les drônes leur obéissait

     

     

     

    et personne ne pouvait soupçonner

     

     

     

    des innocents parmi ceux qui étaient comptés

     

     

     

    sur la liste des terroristes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    J'ai gravé sur mes disques durs 

     

     

     

    mon témoignage préhistorique

     

     

     

    et la poubelle est pleine des espoirs

     

     

     

    des victimes des mirages politiques.

     

     

     

     

     

     

     

    Impossible de résorber le désordre

     

     

     

    il m'a vraiment sauté à la gorge !

     

     

     

    J'ai jeté alors dans le feu

     

     

     

    le caillou noir du pirate

     

     

     

    avec lequel il pensait m'envoûter ...

     

     

     

     

     

     

     

    Je me réchauffe près de la braise

     

     

     

    Et le ciel bleu tout autour apparait

     

     

     

    Ami, sache que le chaos

     

     

     

    est l'arme de nos dresseurs

     

     

     

    pour nous épouvanter par un sort pire

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Alors fait craindre la ruine aux exploiteurs

     

     

     

    et sur toute la planète

     

     

     

    afin qu'ils n'aient plus que choix pour s'apaiser

     

     

     

    de promulguer des lois honnêtes

     

     

     

     

     

     

     

    Ils n'entendent pas les cris de leurs victimes 

     

     

     

    Ils se voient comme vainqueurs des taureaux

     

     

     

    et défenseurs des traditions plutôt que de leurs crimes

     

     

     

    Il faut troubler leur digestion

     

     

     

    pour qu'ils cessent de se comporter

     

     

     

    comme les maîtres du monde 

     

     

     

    habiles à nous écraser

     

    *

    version 1  :

     

    opus 335 : LA TERRE TOURNE SANS EFFORT

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • version 1 :

    opus 413 : l'accueil du Supramental

    *

    version 3 :

     

    Il était une fois

     un homme qui tentait

    de se défaire de son destin

    au fil des asanas et des confrontations

    avec lui même et ceux

    qui enfumaient sa vie ...

     

    L'amour semblait la seule issue, mais même sublime

    il ne faisait qu'enfanter des monstres humains !

     

    Le sens de toutes les situations était inversé

    La misère ouvrait des portes à la richesse

    et la richesse à la perdition ...

     

    la fusion extatique acculait à la solitude

    et la solitude à l'espoir et à la fusion

     

    Quel était le sens de ce monde de formes ?

    Et comment sauver de l'oubli

    les traces même de la véridicité ? 

     

     

    Qu'y aurait il à espérer de cette vie animale ?

    Jamais la guerre ne cesse, et l'égo

    toujours se déguise des vertus de la Lumière !

     

    Au point que dans son miroir l'être humain

    est convaincu de faire le bien

    alors qu'il répand sans cesse la souffrance

     

    Certes on déploie sans cesse des antidotes 

    mais  c'est une chasse, avec son hallali

    et pour le prédateur comme pour le gibier

    il y a toujours le  moment où la mort impose ses droits

     

    Quelque soit le degré de réforme  sociale

    ou de transmutation de nos propres réflexes

    il y a cet égo qui sème la détresse

    chez autrui ou soi-même

    avec des feux d'artifice aux reflets de joie

    et qui nomme paradis les plaisirs de l'enfer ...

     

    moi qui croyait tant en la communication

    j'ai perdu son fil comme jeté dans un puits avec les bras coupés

    il semblait   vain de parler aux passants

    tout comme aux araignées, aux souris et aux blattes

    Les idéaux des nations semblaient

    réduits à la parade

    et la protection des animaux  et des humains

    une illusion

     

    J'ai quand même trouvé la paix en chantant

    qu' il n'y a pas d'issue du côté de l'incarnation

    juste des améliorations toujours nécessaires

    afin de ne pas perdre l'espérance , la bonne direction

     

    En dépit des efforts sincères

    qui ont conduit nos vies

    vers davantage de Lumière

    le piège se referme sur l'espèce humaine

    et seul l'individu parait réformable

    et si peu :

    le boeuf reste boeuf

    le cttronnier reste citronnier

     

    Et pourtant je les ai rejoint mes rêves les plus purs

    d'amour et de création d'harmonie viable

    Ils ont été concrétisé dans la matière

    par la force de la volonté de l'esprit

    en dépit des peurs 

     

    Mais progresse aussi

    le pullulement  des vers vampires

    et les voiles sur le sens ,

    la mémoire impossible

    des origines

    sinon dans l'eternel Présent

     

    Alors au creux du pessimisme définitif

    Entend se lever la voix de la délivrance

     

     A force d'assouvir les désirs mirifiques

    tu as pris ta distance avec eux complètement 

    et que dit cette voix de la dernière chance ?

    voilç ce que je crois entendre : 

     

     

    " Quand ton corps  se sera complètement imprégné

    de la vague céleste où tout est vaste paix 

    alors tu peux laisser sans crainte tes os se disperser

    il sera impossible de les ventriloquer

     

    immerge toi dans la réalité  qui rassasie !

    Le supramental Divin est partout comme un filet pour l'acrobate

    et ce qui dans le monde est vu comme succès

    peut t'égarer dans l'illusion de nouvelles vies !

     

    Il faut que tu te consumes tout entier

     

    Alors en devenant Lumière

    ton corps sera nouveau 

    avec des articulation d'éther causal

    pour te libérer de toi même

    du destin où tu as grandi

    Ivre, jouissant et blessé

    au point de ne plus rien désirer !

     

    il faut que tu consumes les regrets et les haines

    contractés au cours ton séjour parmi les animaux

    et leurs galères humaines ...

     

     

    les tribulations t'ont prouvé  que même la bonté

    ne suffit pas à guérir la conscience

    il faut totalement la déconditionner

     Chevauche  le rayon immortel

    détache toi des formes  

    pendant que tu les danses encore

     

    la libération n'est pas d'anéantir le monde

    mais de le regarder tel qu'il est

    et de puiser la joie

    à la source supramentale

    où les mots doivent être chantés

    dans les couleurs

    pour que ton âme danse

    au dessus du charnier"

     

    Autour de ma méditation en siddhasana

    une multitude de créatures  s'agitait dans la nuit

    les moustiques, les chiens, les iguanes, les coqs

    les humains caquetaient à en perdre haleine 

     

    Mais j'avais  ces couleurs pour effacer l'hypnose

    je n'avais plus de pinceau, mais

    j'étais immergé dans le jaune

    j'étais devenu moi même bleu en prière

    ma pédagogie fonctionnait pour moi même

    elle le peut pour toi aussi

    mais il n'y a pas de voix sans patiente recherche

    ni sincérité totale

    face à l'abandon des sentinelles

     

    N'attends pas l'amour, donne le

    Alors s'y abolira ton berceau et ta tombe

    et ta peau de singe vengeur !

     

    Le mal porte en lui sa damnation

    laisse plutôt les couleurs  te pénétrer

    avec leur esprit de Divine compassion

    pour toute chair glorieuse et misérable !

     

    Ouvre tes cellules à cette paix joyeuse

    ainsi qu'un enfant perdu dans la forêt

    et qui a retrouvé le repos éternel

    d'avant sa naissance

    mais prudence, ne désire pas le monde mortel !

     

     

    Tu as connu tous les plaisirs de la chair

    et les traquenards des esprits jaloux et tyranniques

    Ta clairvoyance n'est pas contagieuse

    chacun a son destin à labourer

    Au moins dans les orgies du monde pollué

    tu déchiffres mieux le sens de tous les jeux !

     

    mais attention à ne pas t'enfermer

    dans la superstition de l'égo même illuminé

    car il n'est qu'illusion porteuse de souffrance

    efface toi dans le supramental de la délivrance

    et répands ses semences de justice

    afin de totalement le mériter

    et le laisser partout te pénétrer

    jusqu'aux confins qu'on appellera mort

    alors que ce n'est que le nouvel élan de ta danse

    offerte au spectateur premier de tes naissances

     

    Laisse l'aveugle te maudire 

    il a cru qu'avec ton offrande tu le provoquais

    Ce n'est qu'àforce d'errance qu'il peut  s'interroger

    et retrouver la vue du coeur et de la liberté ...

    il a beau dire que tous tes témoignages 

    sont ennuyeux  et inutiles

    mais ils sont la preuve que tu peux penser

    sans avoir à plaire,

    et donc te libérer

    des misères du corps et de l'esprit !

     

     

     

     


    votre commentaire
  • version 1 :

    opus 334  :  REFUGE POUR LE VOYAGEUR

     

    version 3 :

     

    C'est vrai, la jungle humaine est sordide

    on se fait manger les pieds, les mains , la langue

    avec des ricanements et des rots

    sans pouvoir émettre avec l'âme

    un accord dans le tintamarre

    car les décibels et la sauce des bringueurs

    ont noyé jusqu'au sens de la viande

     

    Difficile d'être de la fête

    avec le rôle prestigieux du gibier

    alors voilà j'entre en moi même

     

    Je passe la porte du temps

    grâce au nectar offert gratuitement

    par les fleurs savantes patientes

     

    J'arrive entin dans le pays d'Azur

    promis par mes rêves d'enfant

    je fais mon miel au creux des alvéoles

    un miel de feu et d'eau pour la faim 

    de l'enfant ou du vieillard blessé

     

    Bienvenue sur ma planète radieuse

    il y a autant de place qu'on veut

    elle grandit si on est très nombreux

    suspendue dans la nuit lumineuse

     

    On peut même en partir à plusieurs ou tout seul

    afin d'ensemencer des peuples moins cléments

     

    Par la concentration sur les yeux fermés du yogui

    j'ai perdu ma rage de dents

     

    Emportez les trésors autant que vous voulez 

    du bleu profond que j'assemble

    il en restera toujours davantage

    ainsi que du rouge et du jaune pour tatouer 

    les baisers oublieux des amants

    et ta mémoire qui me ressemble

     

    Infini au centre, infini sur les courbes d'horizon

    je ne reviendrai jamais vraiment 

    du ciel de derriere le ciel

    et des aimants

    qui ont mis ensemble

     

    J'envoie en pleine figure du passant 

    cet éclair chargé des cinq éléments

    voilà comment je me défends

     

    Qu'ils aillent régner en enfer

    les voyous en cravate et col blancs

    les zombis d'orgueil en toutes langues

     

    Ils avaient planté leurs drapeaux

    sur mon berceau et sur ma tombe

    avant de me retirer à moitié

    ma citoyenneté de leur monde

     

    A moitié seulement car pour mes bras mes jambes 

    ils les ont décoré de chaînes

    pour me promener dans leurs cirques

    et collecter la dîme et des amendes

    pour la civilisation qu'ils défendent

     

    Oui ces animaux là, ils m'ont tué cent fois

    avec leurs mâchoires souriantes de loups

    et leurs lèvres baveuses et pendantes

     

    Alors j'ai pris refuge derrière la Croix 

    derrière leurs fausses reliques 

    et là je peux mourir à jamais immortel

    hors de portée de leurs missiles

     

    Certes j'ai changé de visage

    il est moins carré et à perdu ses yeux

    mais carrément ovale il a le regard du ciel

    un bonheur qui pousse au pardon

     

    Quant à eux eux addictés à l' enfer

    faux dieux courroucés en carton

    invités malgré tout sur mon astre 

    ils veulent tout manger tout voir et tout entendre

     

    Mais comme il faut laisser sa peau au vestiaire

    ils sont restés dehors à faire des commentaires

    et m'ont applaudi comme une illusion

    puis se sont endormis pendant ma danse

     

    Si je suis pour le revenu minimum 

    pour tous les nouveaux nés sur toute leur planète

    c'est afin que que le vieillard qui m'entend

    retrouve sa joie d'enfant qui crée le monde

    sans être poursuivi par les ivrognes

    enfermés dans leur glorieuse forge

     

    Par la concentration sur les yeux fermés du yogui

    il est entré en moi je suis entré en lui

    j'ai perdu ma rage de dents

    J'ai aussi perdu quelques dents


    votre commentaire
  •  

    version 1 :

     

    opus 252 : LE RENDEZ VOUS DE LA FORET BLEUE

     

    *

    version 3 :

     

     

     

    C'était la nuit, celle des ombres sous la lune

    et j'avançais , guidé par les flambeaux des étoiles sereines ...

    J'étais parvenu à un village de béton au milieu de la jungle...

    De chaque côté de la place publique les hommes noirs et les hommes blancs s'insultaient !

    Les noirs criaient : " les blancs nous ont tout pris !"

    Les blancs répondaient :"les noirs ont tout saccagé !"

    Pendant ce temps les blancs qui avaient volé 

    et les noirs qui avaient détruit les vitrines

    S'étaient hissés sur des camions, ensemble, pour s'échapper

    Et ils laissaient leurs peuples en état de haine civile ...

     

    O mes amis , même si tout est suspect, surtout la vérité

    la forêt peut encore nous rassasier de son amour et de ses sources ...

    Reposons nous prês des eaux claires de nos rêves réconciliés ...

    Là les femmes gorgées de lait sucré apaisent dans la nuit

    les douleurs de la Terre calomniée...

    Nous continuerons à chanter et danser 

    En dépit du désordre et des fausses informations ...

     

    Nous étions à l'écart du champ de bataille, mais armés

    car les feux d'artifice des pillards ne connaissaient pas le sommeil

    C'étaient des hommes masqués qui ne savaient dialoguer

    Qu'en se jetant au nez des pétards et des fumées ...

    Toute action semblait vaine, sauf de fuir au sommet des arbres

    Il fallait de toutes façons de se débrouiller, se faufiler entre les jets de fleurs et de pierre

     

     

    Un vagabond couché dans le fossé sur le bas côté

    lançait son soliloque en direction des cyborgs puissants

     qui avaient incendié la route

    ceux ci ne l'écoutaient pas, 

    leurs oreilles n'étaient pas connectées, 

    et l'autre en haillons se lamentait :

    " tu m'as ruiné, tu m'as ruiné, mais tu n'as rien gagné.

    la mort bientôt te ramassera 

    et tu n'auras plus que la pesanteur de ton âme

    pour voyager "

     

    A l'écart des bijouteries convoitées 

    dans la nuit bleue et silencieuse 

    nous avons bu ensemble l'eau chaude de l'amitié

    Nulle mort n'y pouvait terrasser la paix des souffles prières ...

    Celui qui agit selon sa conscience traverse les paradoxes

    Il ouvre des paradis aux âmes saccagées, elles ressuscitent

    Mais c'est clair, il faut désacraliser

    l'illusion des temples vampires 

    pour que l'âme atteigne la fête 

    de l'Amour rassasié


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique